AOC Cassis 

Terre de blancs, Cassis a obtenu son classement en Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) le 15 mai 1936. Il est le premier de France à avoir obtenu cette distinction. C’est aussi l’un des premiers sites de la présence avérée de la vigne en Provence. Les Hellènes, en même temps qu’ils fondaient Marseille, plantaient les premiers ceps de vignes dans la baie de Cassis, il y a plus de 2 600 ans. Les premières traces écrites de l'existence du vignoble cassiden remontent au Moyen-Age. Au XVIe siècle, le vignoble se spécialise dans l'élaboration de vins blancs de type muscat. A la fin du XIXe siècle, après l'anéantissement du vignoble par le phylloxera, les vignerons cassidens s’orientent vers l’élaboration de vins blancs secs.

Le vignoble, entièrement orienté vers la mer Méditerranée, s’abrite sur les flancs des massifs des Calanques, à l’Ouest, et du Cap Canaille à l’Est. Suspendu sur de nombreuses petites terrasses, il s’enracine en profondeur dans les calcaires, durs et frais, des deux chaînons montagneux. Ces sols, conjugués aux influences maritimes, font l’originalité des vins de Cassis. Depuis 2012, l'intégralité de l'AOC Cassis est incluse dans le périmètre du Parc National des Calanques. C'est le seul vignoble de France à être intégralement inclus dans le territoire d'un parc national.

Les blancs, à l’origine de sa renommée, y puisent leur fraîcheur et leur minéralité inimitables. Ils représentent 70 % de la production de l'appellation. Ils s'apprécient dans leur jeunesse sur le fruit, la fraîcheur et quelques années de garde leur donneront plus de gras, de rondeur avec des notes de miel.
Les rosés, élégants et frais, se parent de robes pâles et de notes de fruits rouges. Les rouges, confidentielles, s’entourent de saveurs épicées et de petits fruits noirs. Ils sont à la fois fins et structurés. 

 

AOC Côtes de Provence 

Devenue Appellation d'Origine Contrôlée en 1977, le vignoble des Côtes de Provence s'étend sur 20 000 hectares qui produisent essentiellement des vins rosés à base de grenache, cinsault et syrah. Les blancs sont principalement issus du rolle, de la clairette, de l'ugni blanc et du sémillon. Les rouges proviennent des mêmes cépages que les rosés.

Deux grands ensembles géologiques dessinent la morphologie du vignoble.L'un calcaire au nord et à l'ouest. L'autre cristallin au sud et à l'est. Le premier alterne collines et barres calcaires scultées par l'érosion. Le second orienté face à la mer se trouve au pied des massifs cristallins des Maures et de l'Estérel. Cet ensemble est formé de roche d'origine éruptive. 

 

AOC Bandol 

Tout en coteaux, le vignoble de Bandol, reconnu AOC en 1941, forme un amphithéâtre de vignes d'environ 1500 hectares où la vigne pousse sur des terrasses façonnées par les générations de vignerons. Elles reposent sur des sols arides essentiellement composés de marnes et de calcaires. Ces terrains pauvres sont propices à l'élaboration de grands crus. Faisant face à la Méditerranée, le vignoble jouit en outre d'un microclimat grâce aux brises maritimes. Orienté plein sud, il bénéficie par ailleurs de près de 3 000 heures d'ensoleillement par an. 

Le mourvèdre a trouvé sa terre d'élection sur ce terroir. Il est la colonne vertèbrale des vins rouges au sein desquels il est majoritairement complété par le grenache et le cinsault. Les rouges de Bandol ont fait la réputation de l'appellation. Taillés dans le roc, ce sont des vins d'exception. 

Les rosés font également appel au mourvèdre qui lui apporte une certaine structure et de la longueur. Confidentiels, les blancs sont issus de la clairette, de l'ugni blanc et du bourboulenc.